Infrastructure de transport : quatre thèmes à surveiller

Télécharger maintenant
Livre blanc

Introduction

Le flux constant d'informations sur les goulets d'étranglement de la chaîne logistique a mis en évidence la nature essentielle de l'infrastructure de transport et de la logistique dans le monde entier.

Bien que le pic de perturbation de la chaîne logistique se trouve probablement derrière nous, il a mis en lumière des problèmes persistants, comme des infrastructures obsolètes, et une capacité, une flexibilité et une efficacité insuffisantes.

Pourtant, la résilience de ce système n'est que le premier thème à surveiller dans ce domaine (voir la figure 1). Au fur et à mesure que le commerce électronique continue de se développer et change fondamentalement la façon dont les marchandises sont transportées, les entreprises de logistique de transport devront s'adapter. Ces entreprises devront également rendre leurs actifs et leurs réseaux plus « verts » pour atteindre les objectifs de réduction des émissions et respecter les réglementations environnementales émergentes alors que les initiatives mondiales de décarbonation se concrétiseront. Enfin, l'évolution des tendances en matière de mobilité nécessitera des avancées technologiques visant à débloquer de nouvelles options permettant de gagner du temps et d'être rentable, tout en répondant aux préférences changeantes des passagers.

Les ressources de transport essentielles (routes, chemins de fer, aéroports, voies navigables, infrastructure logistique et réseaux intégrés) requièrent un capital important pour éliminer les inefficacités, augmenter la capacité du réseau, décarboner et offrir une plus grande fiabilité.

Des investissements sont nécessaires pour rendre les chaînes logistiques plus résilientes et pour faire face aux changements importants attendus dans le commerce électronique, la décarbonation et la mobilité. Les dernières années ont également démontré le rôle crucial que jouent les réseaux d'équipement logistique au sein des chaînes logistiques mondiales. Cependant, du point de vue d'un investisseur, des besoins en capital importants créent souvent des occasions intéressantes.

En outre, la hausse de l'inflation actuelle et le climat tendu dans le secteur des matières premières soulignent encore davantage la fonction critique des infrastructures de transport pour l'économie mondiale et la nécessité de nouveaux investissements.

Figure 1 : Quatre thèmes à surveiller dans l'infrastructure de transport

Thèmes clés

Four Themes to Watch_fr_ca

Le besoin de résilience de la chaîne logistique

Au cours des dernières décennies, les fabricants ont adopté la méthode « juste à temps », où les pièces étaient livrées aux usines au moment précis où elles étaient nécessaires, minimisant ainsi le besoin de les stocker.

Cette méthode de gestion de la production a permis aux fabricants de rester agiles et de réduire les coûts. Or, lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé, les chaînes logistiques ont eu du mal à répondre à la demande croissante, les usines ayant fermé et le commerce mondial ayant été perturbé.

En conséquence, les fabricants adoptent désormais un modèle d'inventaire « juste-au-cas-où », et les locataires des installations logistiques cherchent à obtenir plus d'espace d'entrepôt pour accueillir ce stock de sécurité. Par conséquent, les réseaux de transport entrant et sortant devront être reconstruits pour offrir redondance, souplesse et sécurité.

Environ 90 % du commerce mondial transite par la mer; pourtant, en raison des goulots d'étranglement et des retards, le mouvement des marchandises utilisant les infrastructures et les équipements existants a considérablement ralenti pendant la pandémie (voir les figures 2 et 3). La forte demande de marchandises s'est donc heurtée à des interruptions de travail dans les ports, les entrepôts et les entreprises de camionnage, ce qui a entraîné une réduction du débit des actifs et des délais d'exécution, ce qui a resserré la capacité disponible et entraîné des retards.

Figure 2 : Le pourcentage de navires de transport arrivant dans les délais prévus a plongé...

Figure 2: The Percentage of Shipping Vessels Arriving on Time Has Plunged…
Source : Bloomberg et Sea-Intelligence

Figure 3 : ... Alors que les ports sont demeurés congestionnés

Index de congestion des ports, % de différence entre le niveau actuel et la moyenne sur cinq ans

Figure 3: …While Ports Have Remained Congested
Source : Clarksons, Morgan Stanley Research, en date de février 2022

En raison de cette utilisation plus faible des actifs, les coûts de capacité – pour le transport maritime, ferroviaire, aérien et routier – ont bondi (voir la figure 4).

Par exemple, dans les ports américains de Los Angeles et de Long Beach, des portes d'entrée clés pour les importations asiatiques aux États-Unis, des infrastructures obsolètes et l'incapacité de fonctionner 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans certains terminaux ont contribué à une grave congestion. En fait, le nombre de navires faisant la queue devant ces terminaux est devenu un baromètre des perturbations de la chaîne logistique mondiale. Cette situation perdure, mais le nombre de navires en attente aujourd’hui est maintenant inférieur de plus de 50 % du sommet atteint en janvier 2022 (voir la figure 5). Néanmoins, les clients sont prêts à payer une prime importante pour une capacité garantie et, dans une perspective à long terme, ils cherchent des moyens de contrôler davantage leur chaîne d'approvisionnement entrante.

Pour devenir plus résilients au chapitre de la gestion de ces volumes, les ports devront se moderniser et gagner en efficacité grâce à la technologie et à l'automatisation. La réalisation de ces améliorations à l'échelle mondiale nécessite des investissements accrus dans les secteurs des technologies de logistique agile et de l'infrastructure de la chaîne d'approvisionnement. Les investissements de Brookfield dans Patrick Terminals, le plus grand opérateur australien de terminaux de conteneurs, et TraPac, une entreprise de terminaux de conteneurs de la côte ouest des États-Unis, fournissent des exemples de cette approche. Le port de Rotterdam aux Pays-Bas est un autre exemple.

Figure 4 : Les coûts de capacité ont plus que triplé en deux ans

Indice mondial des taux de fret

Figure 4: The Price of Capacity Has More Than Tripled in Two Years
Source : Citi Research, CCFI

Figure 5 : La congestion s’atténue aux ports de Los Angeles et Long Beach

Nbre de navires ancrés/au mouillage

Figure 5: Congestion Is Easing at the Port of Los Angeles/Long Beach
Source : The Port of Los Angeles, BofA Global Research

La croissance du commerce électronique

Les responsables de la chaîne logistique cherchent depuis de nombreuses années à réduire les stocks. La pandémie a toutefois fortement transformé les dépenses des consommateurs, qui ont dépensé davantage pour les biens, en particulier en ligne, et moins pour les services.

Considérons le rapport des stocks sur les ventes, qui indique le nombre de mois de stocks disponibles par rapport aux ventes pour un mois donné. Ce ratio, dont la moyenne se situait à 1,47 de 2015 à 2019, a considérablement diminué depuis le début de la pandémie pour s’établir à 1,16 en mars 2022 (voir la figure 6).

L'activité en ligne pèse énormément sur les réseaux de transport. Elle nécessite un haut degré de fiabilité de la chaîne d'approvisionnement, une « mise en marché » plus rapide et un raccourcissement des chaînes logistiques. Toute une génération de consommateurs s'attend maintenant à ce que presque tout ce qu'elle commande en ligne puisse être livré le jour même ou le lendemain, ce qui souligne l'importance des réseaux de livraison dits « du dernier kilomètre ».

Pour répondre à ces attentes, il faudra réévaluer l'importance des réserves d'inventaire et de l'emplacement des actifs cruciaux, des considérations qui vont au-delà des coûts. Voilà pourquoi des entreprises comme Amazon et Walmart sont de plus en plus intéressées par la possession d'infrastructures critiques pour aider à sécuriser leurs chaînes logistiques alors qu'elles étudient la façon dont les marchandises se déplacent du point A au point B.

Alors que les taux de pénétration du commerce électronique continuent à progresser, les stocks actuels doivent être considérablement augmentés par rapport aux niveaux prépandémiques. La plupart des réseaux, des logiciels et des systèmes de transport doivent être mis à jour et repensés en fonction de cette nouvelle réalité.

Figure 6 : Besoin de stocks supplémentaires

Figure 6: More Inventory Is Needed
Source : Bureau du recensement des États-Unis

Toute une génération de consommateurs s'attend maintenant à ce que presque tout ce qu'elle commande en ligne puisse être livré le jour même ou le lendemain, ce qui souligne l'importance des réseaux de livraison dits « du dernier kilomètre ».

Le virage mondial vers la décarbonation

L'urgence croissante entourant la décarbonation a poussé de nombreuses entreprises de transport à annoncer — et à accélérer — des objectifs de carboneutralité.

Par exemple, Maersk, la deuxième plus grande compagnie maritime au monde sur le plan de capacité de conteneurs, a devancé son objectif d'atteindre la carboneutralité de dix ans, visant à éliminer les émissions de carbone de ses activités d'ici 2040 plutôt que 2050. L'entreprise cherche ainsi à répondre à la demande croissante d'entreprises telles qu'Amazon, Ikea et Unilever pour une chaîne logistique sans émissions1. Dans les années à venir, de nombreuses entreprises de transport devront effectuer des investissements substantiels pour faire évoluer leurs actifs et leurs modèles commerciaux afin d'atteindre les objectifs d'émissions et de respecter les réglementations environnementales émergentes.

Le secteur du transport représente environ 24 % de toutes les émissions de CO2 dans le monde2 et devra réduire ces émissions de deux tiers pour respecter un scénario de réchauffement de 1,5 degré Celsius d'ici 20503.

En même temps, alors que la transition énergétique s'accélère — et que la sécurité de l'approvisionnement énergétique entre de plus en plus en ligne de compte — la demande pour le transport et le stockage de produits à faibles émissions de carbone, tels que le gaz naturel et l'hydrogène, augmente (voir les figures 7 et 8).

Figure 7 : La demande de gaz naturel liquéfié est en hausse

Figure 7: Demand Is Trending Up for Liquefied Natural Gas
Source : Cheniere Research, Kpler, Bloomberg

Figure 8 : L'Europe entend quadrupler sa production d'hydrogène vert d'ici 2030

Figure 8: Europe’s 4x Upgrade to Green Hydrogen Production by 2030
Source : Commission européenne, Goldman Sachs Global Investment Research

« Cherchant désespérément à se sevrer du pétrole et du gaz russes, et flétrissant sous la flambée des prix de l’énergie, l’Europe a redécouvert sa soif de gaz naturel liquéfié américain », notait le Financial Times le 13 avril dernier (voir figure 9)4.

Les objectifs de réduction des émissions peuvent être atteints par une combinaison d'électrification et d'utilisation de combustibles avancés et de matériaux améliorés. Par exemple, un terminal à conteneurs dans un port devra remplacer les équipements fonctionnant au diesel par des équipements de manutention des marchandises à émissions nulles. En outre, les équipements de transport (par exemple, les navires, les trains et les avions) devront également s'éloigner du diesel. Les sources d'énergie telles que les biocarburants d'hydrogène seront une solution de rechange essentielle pour les modes de transport lourds, tandis que l'électrification peut servir de solution plus économique et écoresponsable pour les véhicules de transport plus légers5. Les biocarburants sont également susceptibles de jouer un rôle dans les premières phases de la transition énergétique.

Le positionnement de ces actifs pour l'économie énergétique moderne représente une occasion importante. Dans le cadre de leurs efforts visant à « verdir » leurs réseaux logistiques, les entreprises chercheront des fournisseurs d'infrastructures de transport à haut rendement énergétique, dotés d'un capital et d'une expertise opérationnelle.

Figure 9 : Les prévisions indiquent que les exportations américaines de gaz naturel liquéfié continueront à progresser

Pieds cubes par jour (en milliards)

Figure 9: U.S. Liquefied Natural Gas Exports Are Forecast to Continue Rising
Source : <em>Financial Times</em> et Energy Information Administration (EIA) des États-Unis
TraPac

Évolution des tendances en mobilité

La pandémie a modifié les habitudes de mobilité, avec plus de temps passé à la maison ou à proximité, et beaucoup moins de temps dans les airs (voir figure 10).

Même dans un avenir post-pandémique, les destinations et la façon dont les gens voyagent sont susceptibles d'évoluer, en particulier avec les progrès technologiques. Prenons l'exemple d'Uber et Lyft qui ont bouleversé le secteur des taxis en s'appuyant sur la technologie pour permettre aux utilisateurs de commander des voitures sur leur téléphone, réduire le prix des courses et offrir des modes de paiement plus fluides.

Aujourd'hui, la technologie et les services numériques prennent de plus en plus d'importance dans les réseaux de transport, et les récents flux de transactions dans ce domaine en sont la preuve. Par exemple, en janvier 2022, le groupe de routes à péage italien Atlantia a acquis Yunex Traffic, une unité de Siemens, pour 950 millions d'euros6. Yunex fournit des solutions de circulations « intelligentes », telles que l'automatisation des tunnels, le pesage intelligent et les systèmes de transport adaptatif pour la simulation et la prévision de la circulation, et ce, dans plus de 600 villes. La transaction traduit la façon dont les changements actuels et attendus dans le secteur de la mobilité rendront nécessaire la création d'une nouvelle infrastructure et de nouveaux services afin de gérer la circulation et de contrôler les émissions au sein des centres urbains et en périphérie.

Les progrès technologiques et l'électrification de l'aéronautique pourraient également permettre d'investir dans la mobilité aérienne urbaine dans les années à venir, surtout si elle est silencieuse, bon marché et sécuritaire. Le développement d'avions électriques à décollage et atterrissage verticaux pourrait réduire la congestion urbaine, en particulier dans les villes en croissance qui peuvent être limitées par les infrastructures du secteur public7. Les grandes questions doivent être abordées avant d'atteindre ce point, telles que l'acceptation par le public de cette technologie, ainsi que la certification par les régulateurs de l'aviation. Si l'industrie de la mobilité aérienne urbaine prend son envol, la construction d'infrastructures d'atterrissage, peut-être au sommet de stationnements à plusieurs étages ou d'immeubles de bureaux, sera nécessaire.

Figure 10 : Les voyages d'affaires par avion aux États-Unis demeurent ~33 % en deçà des niveaux de 2019

Augmentation du volume de vente de billets

Figure 10: U.S. Corporate Air Travel Remains ~33% Below 2019 Levels
Source : Synthèse des transporteurs aériens de BofA Global Research par Andrew George Didora

Conclusion

Au cours des dernières années, nous avons été à même de constater l'importance et la nature cruciale de l'infrastructure de transport. Pour renforcer les réseaux actuels, des capacités supplémentaires et des investissements substantiels seront nécessaires, dirigés par les principales tendances qui influencent le secteur, notamment les défis de la chaîne logistique, la croissance continue du commerce électronique, le virage vers la décarbonation et l'augmentation de la mobilité. Étant donné que de nombreux gouvernements ont aujourd'hui des bilans très endettés, le marché privé est sur le point de jouer un rôle de premier plan dans la fourniture de capitaux indispensables.

Les actifs d'infrastructure critiques et stables peuvent bénéficier de nombreuses tendances macroéconomiques qui prévalent sur les marchés actuels, notamment la hausse des volumes et de l'inflation, la vigueur des prix des matières premières et la réduction de la capacité due aux goulots d'étranglement de la chaîne logistique.

Les entreprises d'infrastructure de transport essentiel et à grande échelle ont d'autres avantages. Elles disposent généralement d'un emplacement ou d'un couloir géographique privilégié et captif, d'un investissement initial élevé en matière de coûts fixes et de faibles coûts d'exploitation non variables. Ces attributs peuvent générer des marges élevées et imposer des obstacles importants à l'entrée. Par exemple, selon un rapport de décembre 2021 de BofA Global Research, les actifs routiers à péage matures affichent généralement des marges de BAIIDA de l'ordre de 60 à 75 %, certains actifs dépassant 80 %8.

En outre, malgré la congestion, le port de Los Angeles a battu l'an dernier de 13 % son record de 2018 au chapitre des importations annuelles conteneurisées9. Les entreprises de terminaux à conteneurs peuvent tout de même tirer profit des retards, par exemple en percevant des revenus supplémentaires de surestaries. Enfin, lorsque la demande d'infrastructures logistiques est élevée, les entreprises à grande échelle peuvent exiger des tarifs plus élevés, les clients se livrant concurrence pour des capacités limitées.

Comme pour tout investissement, il y a toujours un risque à prendre en compte. Par exemple, l'infrastructure de transport est souvent sensible au PIB, avec des revenus stimulés par la croissance économique. Cependant, la nature essentielle des actifs, un fort pouvoir de fixation des prix et des perspectives positives concernant la demande à long terme tendent à atténuer ce risque.

À l'avenir, nous nous attendons à ce que les entreprises d'infrastructures de transport recherchent de plus en plus des partenaires capables de fournir des capitaux, ainsi qu'une expertise opérationnelle, et qui ont pu constater de visu la durabilité de ces actifs à travers différents cycles économiques et périodes de perturbation. Elles auront besoin de ces outils pour créer des actifs plus solides et résilients ainsi que des réseaux plus étendus et efficaces.

GWR

Notes en fin de texte :

1. Maersk, « A.P. Moller - Maersk accelerates Net Zero emission targets to 2040 and set milestone 2030 targets », 12 janvier 2022.
2. Agence internationale de l’énergie (AIE), « CO2 emissions by sector, World 1990-2019 ».
3. Forum international des transports, « ITF Transport Outlook 2021 ».
4. Financial Times , « Biden and Ukraine: from climate champion to oil price panic », 13 avril 2022.
5. Shell, Deloitte, « Decarbonizing road freight: Getting into gear », 2021.
6. Atlantia, « Atlantia agrees acquisition of Yunex Traffic from Siemens », 17 janvier 2022.
7. Financial Times, « Air taxis: flight of fantasy or truly set for lift off? », 30 janvier 2022.
8. BofA Global Research, « Launching on Infrastructure: Entering a €2tn stimulus ‘Golden Era’ », 10 décembre 2021.
9. Port de Los Angeles, « Port of Los Angeles Breaks Cargo Record in 2021, Sets Priorities for 2022 », 20 janvier 2022.

Informations prospectives

Ce commentaire et les informations qu’il contient sont uniquement destinés à des fins éducatives et informatives et ne constituent pas, et ne doivent pas être interprétés comme une offre de vente, ou une sollicitation d’une offre d’achat, de titres ou d’instruments financiers connexes. Ce commentaire traite des tendances générales du marché, de l'industrie ou du secteur, ou d'autres conditions économiques ou de marché générales. Il n'est pas destiné à offrir un aperçu des conditions applicables aux produits parrainés par Brookfield Asset Management Inc. et ses sociétés affiliées (ensemble, « Brookfield »).

Ce commentaire contient des informations et des points de vue formulés à la date indiquée, et ces informations et points de vue peuvent être modifiés sans préavis. Certaines informations fournies dans le présent document ont été préparées en fonction de la recherche interne de Brookfield et certains renseignements sont basés sur diverses hypothèses émises par Brookfield, lesquelles peuvent s'avérer incorrectes. Brookfield peut ne pas avoir vérifié (et décline toute obligation de vérifier) l'exactitude ou l'exhaustivité de toute information incluse dans les présentes, y compris l'information fournie par des tiers; vous ne pouvez pas présumer que Brookfield aura vérifié cette information. Les informations fournies dans ce document reflètent les points de vue et les convictions de Brookfield.
 

Les investisseurs doivent consulter leurs conseillers avant d’investir dans un fonds ou un programme, y compris un fonds ou un programme parrainé par Brookfield.