Questions-réponses : La technologie et l'avenir des actifs réels

Télécharger maintenant
Livre blanc
La technologie influence tous les aspects de l'économie mondiale, favorisant la croissance, la rentabilité et la création de nouveaux marchés et de leaders industriels.

Entre-temps, plusieurs grands secteurs traditionnels, comme l'immobilier, les transports, l'énergie et la construction, n'en sont encore qu'aux premiers stades de leur transformation numérique et sont de plus en plus à la recherche d'outils et de solutions permettant l'automatisation.

Ici, trois dirigeants de Brookfield Private Equity Group—Anuj Ranjan, Josh Raffaelli et Doug Bayerd—discutent de la façon dont l'innovation transforme les activités de ces secteurs et créent des occasions d'investir dans les entreprises technologiques qui favorisent cette transformation.

Q&A Technology and the Future of Real Assets

Q : Qu'est-ce qui crée des occasions d'investissement dans les technologiques?

Anuj Ranjan : Les logiciels sont devenus la nouvelle infrastructure : ils constituent l'épine dorsale de l'économie mondiale, et ils touchent tout ce que nous faisons, tant sur le plan personnel que professionnel. Aujourd'hui, une transformation numérique est en cours dans les secteurs traditionnels comme l'industrie, la fabrication, la construction, l'immobilier et l'infrastructure.

Les entreprises de ces secteurs, parmi les plus grandes et les plus critiques au monde, dépensent beaucoup en technologie pour favoriser l'automatisation, augmenter la connectivité et permettre aux utilisateurs d'exploiter la puissance de leurs données. Nous nous attendons à ce que les investissements dans ces entreprises autrefois sous-numérisées triplent au cours des 10 prochaines années (voir la figure 1), et en raison des types de marges que nous estimons que ces entreprises gagneront, nous pensons que ces dépenses contribueront à générer plus de 12 billions de dollars de capitaux propres pour les actionnaires et les investisseurs au cours des dix prochaines années.

Figure 1 : Les dépenses en technologie augmentent dans les secteurs traditionnels

Figure 1: Technology Expenditures Are Rising in Traditional Industries

Q : Avec tout le capital disponible dans le monde, les entreprises technologiques ont-elles été surévaluées?

Josh Raffaelli : Au cours des 30 dernières années, nous avons vu l'évolution d'un tout nouveau secteur. La capitalisation boursière des entreprises du classement Fortune 1 000 axées sur la technologie représente une valeur de 15 000 billions de dollars. Tout cela pour dire : ces entreprises sont réelles et elles sont là pour durer.

Un terme important lié aux logiciels est la rétention nette. Pensez à l'immobilier : Imaginez qu'un locataire payant 1 $ de loyer aujourd'hui paiera 1,50 $ l'année prochaine sans que rien ne change. C'est la valeur d'une rétention nette de 150 % pour une entreprise qui vend des logiciels à une grande entreprise. C’est puissant; cela montre ce que les logiciels et la technologie peuvent faire, et pourquoi les valorisations ont été élevées.

Ranjan : La récente correction dans le secteur de la technologie a clairement été significative. Selon Morgan Stanley, les multiples de valorisation des fournisseurs de logiciels se négocient actuellement en dessous de la moyenne des cinq dernières années (voir la figure 2). Mais étant donné que beaucoup d'entre elles sont d'excellentes entreprises qui fournissent des services technologiques de type infrastructure, nous sommes ravis d'avoir maintenant la possibilité d'y investir à des prix intéressants.

En même temps, toutes les technologies ne sont pas créées égales. Vous avez des entreprises à forte croissance et à faible rentabilité et des entreprises à faible croissance et à forte rentabilité, et les entreprises à forte croissance et à faible rentabilité se négocient généralement à des multiples beaucoup plus élevés; presque le double de leurs homologues à faible croissance et à forte rentabilité. La plupart des solutions d'entreprise que nous envisageons s.inscrivent dans la catégorie des produits à rentabilité élevée, et nous sommes heureux que les marchés ne les apprécient pas de la même manière que les produits à forte croissance.

Figure 2 : Groupe de couverture logicielle globale sous la moyenne des 5 dernières années

Figure 2 Overall Software Coverage Group Below the Trailing 5-Year Average
Source : Morgan Stanley Research, Refinitiv, Company Data

Doug Bayerd : Non seulement cela, mais la récente correction des actions technologiques a eu un impact massif sur les multiples des entreprises à forte croissance, tandis que les actions à faible croissance ont peu changé (voir la figure 3). À mon avis, cette divergence de prix reflète un changement d'orientation des investisseurs, passant de la croissance à la rentabilité. Bien sûr, le repli de la croissance a également créé des occasions pour examiner certaines entreprises qui étaient auparavant assez chères. La clé sur tous les marchés est de se concentrer sur l'investissement dans des entreprises de haute qualité qui fournissent des services essentiels.

Figure 3 : Les actions à faible croissance ont été relativement épargnées par la récente correction du marché

Multiples de revenus EV/NTM au fil du temps

Figure 3 Low-Growth  Stocks Have  Been Relatively  Unaffected by the Recent Market  Correction
Source : Capital IQ, Bloomberg, Factset et IBES. Données en date du 13 mai 2022

Q : Les ABC des finances indiquent que la valeur d'une entreprise est la valeur actuelle nette des flux de trésorerie futurs. Ces revenus se traduisent-ils finalement par des flux de trésorerie? Cette règle existe-t-elle toujours ou avons-nous entièrement réécrit les règles?

Bayerd : Cette règle existe toujours. Les entreprises technologiques sont tenues de respecter les mêmes normes d'investissement que tous les autres secteurs industriels de Brookfield. Les investissements que nous réalisons dans les entreprises technologiques permettent de fournir des produits essentiels aux entreprises clientes et font partie du flux de travail quotidien de l'utilisateur final. Comme ces entreprises ont des revenus contractuellement récurrents, nous avons un degré élevé de confiance dans leur capacité à générer des flux de trésorerie disponibles. Cette confiance s'explique par le fait que les clients sont peu enclins à retirer un produit qui est bien ancré dans leurs effectifs. Former à nouveau l'ensemble de votre personnel pour apprendre un nouveau processus ou une nouvelle procédure entraînera probablement une perte de productivité à court terme et ne permettra pas forcément de réaliser des économies importantes à moyen ou long terme.

Par conséquent, nous constatons que les clients ont tendance à laisser ce type de logiciel en place. Cette inertie est importante, car les entreprises dans lesquelles nous investissons ont également tendance à avoir des marges brutes élevées, des dépenses d'exploitation relativement stables et des dépenses d'investissement limitées. En d'autres termes, si nous pouvons évaluer et garantir le flux de revenus avec beaucoup de confiance, nous pouvons également déterminer avec beaucoup de confiance quand s'attendre à des flux de trésorerie disponibles à forte marge. Un bon exemple serait Microsoft Excel : il serait vraiment difficile de retirer ce logiciel de nos ordinateurs, étant donné la manière dont nous avons formé notre personnel à travailler et à gérer nos entreprises aujourd'hui sur ce logiciel.

Q : La construction semble être l'une des industries les moins numérisées au monde, ce qui peut entraîner une inefficacité massive. S'agit-il d'une possibilité d'investissement?

Rafaelli : il s'agit d'un domaine d'intérêt essentiel pour Brookfield. Pour illustrer l'étendue de la possibilité, en 1994, la productivité par travailleur dans les secteurs de la fabrication et de la construction était la même, à 64 000 $ par employé. Vingt ans plus tard, ce chiffre avait presque doublé à 106 000 $ pour la fabrication, alors que ce chiffre a demeuré inchangé pour l'industrie de la construction. L'un de nos premiers investissements axés sur la croissance a été dans une entreprise qui aide à simplifier les processus impliqués dans les projets de construction. Envisagez un entrepreneur général qui doit embaucher différents sous-traitants. Comment rendent-ils ce processus plus efficace? À moins qu'ils n'aient une solution technologique, ils seront confrontés à des piles de papier, ce qui complique la comparaison et le contraste entre leurs options pour les plombiers, les électriciens, les constructeurs, etc. Notre société de portefeuille a essentiellement numérisé un flux de travail pour le rendre plus efficace.

Une autre de nos sociétés de portefeuille consiste à changer la façon dont les dollars circulent entre un développeur comme Brookfield et une banque. Le logiciel de l'entreprise automatise les flux de travail manuels et centralise les informations sur les prêts afin que les banques puissent prendre des décisions éclairées et plus rapide sur les prêts. Nous sommes très intéressés par ce domaine, il a fallu beaucoup de temps pour numériser, et nous voyons une possibilité considérable de croissance et d'expansion.

Bayerd : Nous observons une explosion de l'activité dans l'immobilier et de la construction au stade de croissance de l'investissement. Les logiciels numérisent ce qui était auparavant des processus manuels et les automatisent. L'immobilier n'est pas différent de tous les autres secteurs qui ont connu cette progression. Alors que les logiciels continuent de pénétrer le secteur, nous espérons que cela se traduira par de plus grandes entreprises dans lesquelles nous pourrons investir à grande échelle.

Ranjan : Il existe de nombreux autres exemples où la technologie contribue à transformer des secteurs plus traditionnels qui tournent autour d'actifs réels. Dans le domaine de l'immobilier, nous avons investi dans un fabricant de serrures intelligentes et avons immédiatement pu déployer ses produits dans 40 000 de nos unités multifamiliales aux États-Unis. Grâce à notre expérience en tant que propriétaire et exploitant d'actifs réels, nous avons eu une vision très claire du potentiel technologie si elle était utilisée dans des propriétés comme la nôtre. Dans le domaine de la santé, nous avons investi dans un prestataire de télémédecine. Pendant la pandémie, lorsque l'entreprise a eu besoin de 87 emplacements pratiquement du jour au lendemain, nous avons pu fournir ces emplacements dans tous nos commerces et bureaux aux États-Unis.

Être capable d'identifier ces types de synergies nous permet de décider précisément et de manière très disciplinée où nous voulons investir.

Q : Quels sont les autres domaines dans lesquels la technologie a un impact significatif?

Ranjan : Dans les énergies renouvelables, certaines entreprises adoptent la technologie à un rythme de plus en plus rapide pour répondre aux mandats ESG. Par exemple : un logiciel d'entreprise avec l'outil Net-Zero est nécessaire pour mesurer et suivre les initiatives de neutralisation nette zéro. Dans les infrastructures, il y a la numérisation de la chaîne d'approvisionnement, comme les ports automatisés ou les camions autonomes. Dans l'immobilier, le lieu et la manière dont les gens travaillent évoluent, et la technologie joue un rôle important pour améliorer la connectivité et accroître la productivité. Dans le domaine du crédit, certains progiciels innovants aident les créanciers à accorder des prêts de manière plus efficace et plus rapide. Dans le secteur de l'assurance, les logiciels d'entreprise jouent un grand rôle dans la transformation numérique pour générer des rendements supplémentaires dans un environnement à faible taux d'intérêt. Nous passons également beaucoup de temps à évaluer les entreprises de cybersécurité : c'est un domaine qui, selon nous, peut générer des flux de trésorerie stables, semblables à l'infrastructure. Si vous avez le bon logiciel pour une industrie particulière, c'est quelque chose que les gens vont payer pour toujours.

M. Bayerd : L'objectif est de collaborer avec les équipes de direction en tant qu'investisseur différencié au moyen des informations différenciées. Cela se fait en devenant la voix du client, étant donné que Brookfield est le client dans de nombreuses circonstances. Nous pouvons également fournir des informations aux entreprises qui souhaitent se développer sur de nouveaux marchés ou zones géographiques, compte tenu de la présence de Brookfield dans le monde. Dans de nombreux cas, nous avons été aux premières loges de la croissance des logiciels au sein de ces secteurs, et nous avons pu voir comment la technologie est adoptée pour résoudre les problèmes sur le lieu de travail.

Dans tout ce que nous faisons, nous constatons que la technologie joue un rôle clé dans le changement des entreprises sous-jacentes.

Informations prospectives

Ce commentaire et les informations qu’il contient sont uniquement destinés à des fins éducatives et informatives et ne constituent pas, et ne doivent pas être interprétés comme une offre de vente, ou une sollicitation d’une offre d’achat, de titres ou d’instruments financiers connexes. Ce commentaire traite des tendances générales du marché, de l'industrie ou du secteur, ou d'autres conditions économiques ou de marché générales. Il n'est pas destiné à offrir un aperçu des conditions applicables aux produits parrainés par Brookfield Asset Management Inc. et ses sociétés affiliées (ensemble, « Brookfield »).

Ce commentaire contient des informations et des points de vue formulés à la date indiquée, et ces informations et points de vue peuvent être modifiés sans préavis. Certaines informations fournies dans le présent document ont été préparées en fonction de la recherche interne de Brookfield et certains renseignements sont basés sur diverses hypothèses émises par Brookfield, lesquelles peuvent s'avérer incorrectes. Brookfield peut ne pas avoir vérifié (et décline toute obligation de vérifier) l'exactitude ou l'exhaustivité de toute information incluse dans les présentes, y compris l'information fournie par des tiers; vous ne pouvez pas présumer que Brookfield aura vérifié cette information. Les informations fournies dans ce document reflètent les points de vue et les convictions de Brookfield.
 

Les investisseurs doivent consulter leurs conseillers avant d’investir dans un fonds ou un programme, y compris un fonds ou un programme parrainé par Brookfield.